Le collectif | Crypsum


La Genèse



Crypsum est une équipe qui fait le choix de l’invention collective pour des projets adaptés de la littérature, en privilégiant des romans qui témoignent de nos façons de vivre ensemble aujourd’hui, afin de créer son propre matériau théâtral et trouver ainsi, à chaque spectacle, le moyen de transformer les codes de la représentation.

Après plusieurs participations aux Rencontres du Court – Festival 30’’30’ et la création de différentes formes pluridisciplinaires – (dans) tes yeux d’après David Lynch, La geste des endormis de Virginie Barreteau, Index d’après Peter Sotos, Cirrus d’après Fernando Pessoa – le collectif Crypsum s’implante à Bordeaux en 2010 et propose un cycle consacré à l’écrivain et photographe Hervé Guibert, débuté par Vice et poursuivi par le spectacle Nos Parents.

Pour la saison 2011-2012, en partenariat avec l’OARA, le TnBA et L’Escale du Livre, le collectif Crypsum se consacre à la littérature américaine contemporaine et travaille à l’adaptation scénique du roman de Don DeLillo, L’Homme qui tombe, dont une première version est présentée au Molière Scène d’Aquitaine.

En 2013, Crypsum est en compagnonnage artistique avec La Manufacture Atlantique de Bordeaux et propose Les Banquets, rendez-vous théâtraux, littéraires et culinaires : La Moussaka de Desdemona d’après Jeffrey Eugenides et Les Tourtes d’Irène d’après Chuck Palahniuk.

Pour la saison 2013-2014, Crypsum reprend le spectacle Nos Parents, co-accueilli par le TnBA et La Manufacture Atlantique, et La Moussaka de Desdemona à l’occasion du Festival Novart. Sur une proposition de la libraire Mollat, en partenariat avec la station Ausone, Crypsum écrit et réalise une web série : Pour savoir vivre, il faut savoir lire.

En 2014, le collectif Crypsum poursuit son exploration de la littérature américaine et propose une adaptation du roman Petite sœur, mon amour de Joyce Carol Oates, sous le titre provisoire Bliss, dont plusieurs lectures sont présentées à L'Escale du Livre de Bordeaux, au Théâtre du Nord - CDN Lille Tourcoing Nord - Pas de Calais et au TnBA - Théâtre national de Bordeaux en Aquitaine.

En 2015-2016, Crypsum présente sa nouvelle création d'après Joyce Carol Oates, au Théâtre Jean Vilar à Eysines, au Liburnia à Libourne et au TnBA - Théâtre national de Bordeaux en Aquitaine, et crée Le Banquet du Siècle en partenariat avec La Manufacture Atlantique, le Musée des Beaux-Arts de Bordeaux et le Plateau à Eysines.

Pour la saison 2017-2018, en partenariat avec le Plateau, centre culturel d’Eysines, Crypsum propose Projet X d’après Debout-Payé de Gauz et La Vie devant soi de Romain Gary, et travaille à l’adaptation du roman de Bruce Bégout On ne dormira jamais, en vue de sa prochaine création prévue à l’automne 2018.




LES MEMBRES PERMANENTS



Alexandre Cardin

Après sa formation au Conservatoire national de région de Bordeaux, il entre à l’Atelier Volant du Théâtre national de Toulouse, à la sortie duquel il co-fonde la compagnie Crypsum.

Comédien il joue dans Le pont de pierres et la peau d’images de Daniel Danis, mis en scène par Jacques Nichet, Le tartuffe de Molière par Claude Duparfait, Tabula rasa d’après Jean-Luc Lagarce par Sébastien Bournac, Le suicidé de Nicolaï Erdman par Jean-Jacques Mateu, Le crachoir et La geste des endormis, écrit et mis en scène par Virginie Barreteau.

Depuis 2006, il collabore régulièrement avec La Petite Fabrique. Il joue dans Alice au pays des merveilles d’après Lewis Carroll, L’arche part 8 heures d’Ulrich Hub et les Discours de Rosemarie de Dominique Richard, mis en scène par Betty Heurtebise. Il réalise et joue avec Miren Lassus Olasagasti O, une forme audio-visuelle conçue pour les musées à destination du jeune public. Il crée avec Betty Heurtebise M’man de Fabrice Melquiot, spectacle joué chez l’habitant, en maison ou en appartement.

Au cours de la saison 2012-2013, il participe au projet initié par Frédéric Maragnani, La bibliothèque des livres vivants ; il adapte et interprète Phèdre de Racine à l’Opéra de Bordeaux dans le cadre du festival Novart.

Parallèlement il donne de nombreuses lectures publiques en partenariat avec Lettres du monde (association Lettres d’échange), L’escale du livre (festival littéraire de Bordeaux), Le festin (revue d’art et patrimoine), l’Orchestre des Symphonistes d’Aquitaine, la maison d’éditions L’arbre vengeur.

Depuis 2010, il joue dans les dernières pièces de l’auteur et metteur en scène Frédéric Sonntag : Toby ou le saut du chien, Sous contrôle et George Kaplan en tournée.

Vidéaste autodidacte, il tourne quelques courts et moyens métrages : Grand clocher, mauvais voisin, Du faste de la prière, Dans tes yeux. Il réalise plusieurs séquences vidéos, teasers et clips pour différentes compagnies (Cie La Petite Fabrique, Les Limbes, Script, Crypsum).

Depuis 2007, il assure avec Olivier Waibel la direction artistique de Crypsum. Il co-met en scène Nos Parents d’après Hervé Guibert, L’Homme qui tombe d’après Don DeLillo. En 2013, il conçoit La Moussaka de Desdemona et Les Tourtes d’Irène, banquets spectacles créés dans le cadre d’un compagnonnage avec La Manufacture Atlantique à Bordeaux.

En 2015 et 2016, il conçoit et joue dans Ils vécurent tous horriblement et eurent beaucoup de tourments et met en scène Le banquet du siècle.

En 2017, il met en scène Sébastien Laurier dans le spectacle Into Ze Landes. Il joue dans Apostrophes(s) de la Cie Les Chiennes Nationnales au Festival IN Chalon. Il rejoint la compagnie Fond vert pour le spectacle Bedford Park, mis en scène par Laura Bazalgette, programmé au FAB – Festival des Arts de Bordeaux.



Nicolas Etienne

Graphiste, fondateur (avec David Vincent) et directeur artistique des éditions de l’Arbre vengeur, il est investi dans de nombreux et très variés projets graphiques, dont l’accompagnement du collectif Crypsum.



Miren Lassus Olasagasti

Née en 1977, Miren Lassus Olasagasti est comédienne et collabore à la mise en scène de spectacles. Après un DEUST en Arts du Spectacle à l’université Bordeaux III, elle obtient une licence en Arts du Spectacle à l’université Paris 8, Vincennes – Saint Denis.

À partir de 2000, elle travaille comme assistante à la mise en scène auprès de Kristian Frederic pour La nuit juste avant les forêts de Bernard-Marie Koltès, monologue avec Denis Lavant, puis auprès de Renaud Cojo pour La marche de l’architecte de Daniel Keene. Elle assiste ensuite, pour leurs spectacles respectifs, Maury Deschamps (Hé la p’tite…), Sylvie Balestra (RUGBY, projet de danse contemporaine) et Mael Le Mée (Raoul Pêques et la vaisselle de 7 ans).

Dès 2005, elle travaille comme comédienne au sein de la compagnie La Petite Fabrique. Elle joue dans Les Rêves d’une grenouille de Kazio Iwamura, Alice au Pays des merveilles d’après Lewis Carroll sous la direction de Betty Heurtebise. Elle met en scène et joue avec Alexandre Cardin, O, une forme audio-visuelle conçue pour les musées à destination du jeune public et collabore à la mise en scène avec Betty Heurtebise et Alexandre Cardin de M’man de Fabrice Melquiot, spectacle joué chez l’habitant.

Elle suit divers stages et formations auprès de Claude Buchwald et Stanislas Nordey durant son parcours universitaire, et elle continue avec Jean-Luc Terrade, Romain Jarry, Nadia Wonderheyden et Marc Paquien, Agnès Limbos et Fréderic Maragnani.

De 2012 à ce jour, elle devient Madame Bovary d’après Gustave Flaubert, dans La Bibliothèque des Livres Vivants, projet de Frédéric Maragnani.

En 2008, elle intègre le collectif Crypsum. Elle joue dans Cirrus d’après Fernando Pessoa, Index d’après Peter Sotos, Nos Parents d’après Hervé Guibert, L’Homme qui tombe d’après Don DeLillo, La Moussaka de Desdemona d’après Jeffrey Eugenides.

En 2015 et 2016, elle conçoit avec Olivier Waibel et Alexandre Cardin Ils vécurent tous horriblement et eurent beaucoup de tourments, et joue dans Le banquet du siècle.

 En 2017, elle entame une collaboration avec l’association Les Araignées Philosophes et développe un nouveau pan de médiation culturelle au sein du collectif Crypsum.



Olivier Waibel

Né en 1976, Olivier Waibel est comédien, metteur en scène et dramaturge. Parallèlement à des études littéraires (hypokhâgne – khâgne / maîtrise de lettres modernes), il suit les cours de Danièle Ajoret au Conservatoire du 7ème arrondissement de Paris, avant d’intégrer l’Atelier Volant (atelier de recherche et de formation du Théâtre national de Toulouse) sous la direction de Jacques Nichet et Claude Duparfait.

Ainsi, après avoir été dirigé à Paris par Yvonne France Ferro, Colette Haumont, Damiane Goudet, Quentin Defalt ou le philosophe Pierre Lauret, il joue dans le « grand sud » pour Jacques Nichet (Le pont de pierre et la peau d’images – Daniel Danis), Claude Duparfait (Le tartuffe – Molière), Sébastien Bournac (Tabula rasa d’après Le pays lointain – Jean-Luc Lagarce), Phéraille (La petite fête des morts), Jean Jacques Mateu (Rouge noir et ignorant – Edward Bond, Le suicidé – Nikolaï Erdman), Alain Cornuet (À trois – Barry hall).

À la sortie de l’Atelier Volant, il participe à la création du collectif Crypsum et collabore à la conception de projets dans lesquels il joue : Scraps TV 1 et 2 pour le collectif Carmen Blaix, La vie devant soi de Romain Gary pour la compagnie Les Chiennes Nationales, J’entends plus la guitare d’après William Burroughs et Papa passe à la télé d’après Mazarine Pingeot et François Mitterrand, avec Claire Dumas et Judith Davis pour le collectif L’avantage du doute, s’initiant ainsi à l’adaptation et à la mise en scène.

En s’installant à Bordeaux, il pose avec le collectif Crypsum les premières bases des travaux à venir (La geste des endormis de Virginie Barreteau, Cirrus d’après Fernando Pessoa, Index d’après Peter Sotos), tout en jouant pour Jean-Paul Rathier, Sophie Robin et Karina Ketz, Gianni Gregory Fornet. Il participe à des spectacles de danse (The brides d’Harry Kondoleon et Nina est présumée innocente de Noëlle Renaude pour Faizal Zeghoudi). Tout en commençant à collaborer aux créations de la compagnie Travaux Publics dirigée par Frédéric Maragnani (La belle Hélène d’Offenbach, La Bibliothèque des Livres Vivants…), il joue pour Frédéric Sonntag (Toby ou le saut du chien) et pour la compagnie La petite fabrique (Le pays de Rien de Nathalie Papin mis en scène par Betty Heurtebise).

Il développe avec Alexandre Cardin un cycle autour de l’oeuvre de l’écrivain Hervé Guibert (Vice, Nos Parents, Suzanne et Louise), et travaille à l’adaptation des spectacles suivants du collectif (L’homme qui tombe de Don DeLillo, La moussaka de Desdemona d’après Jeffrey Eugenides, Les tourtes d’Irène d’après Chuck Palahniuk), inventant une nouvelle forme de banquets littéraires en compagnonnage avec La Manufacture Atlantique.

En 2015 et 2016, il conçoit Ils vécurent tous horriblement et eurent beaucoup de tourments, et adapte La fête du siècle de Niccolò Ammaniti pour le nouveau banquet du collectif.

En 2016 et 2017, il travaille à l’adapation et à la mise en scène d’Into Ze landes de Sébastien Laurier. Il joue avec Maïa Ricaud dans La vie devant soi de Romain Gary. Il poursuit sa collaboration avec Frédéric Maragnani en adaptant de nouveaux textes pour La bibliothèque des livres vivants.



les membres invités

Améla Alihodzic, Laëtitia Andrieu, Wilfrid Belloc, Marie Ben Bachir, Thomas Bernard, Diane Bonnot, Gilles Bordonneau, Cécile Broqua, Élodie Buisson, Alexis Caillot, Stéphanie Cassignard, Gaspard Chauvelot, Anne Charneau, Jean-François Ciutat, Santiago Congote, Claire Dumas, Céline Garnavault, Elsa Gendre, Betty Heurtebise, Romain Jarry, Julien Kaliski, Loïc Lachaize, Sébastien Laurier, Sarah Leck, Cécile Léna, Benoît Lepage, Emmanuel Matte, Donal O’Driscoll, Caroline Pau, Jean-Luc Petit, Yann Rabanier, Thomas Rathier, Maïa Ricaud, Fleur Sulmont, Julie Teuf, Jérôme Thibault.