On ne dormira jamais | Crypsum


On ne dormira jamais


CRÉATION 2018-2019

D’après le roman de Bruce Bégout

Point de vue de l’auteur sur la première étape du spectacle présentée au TnBA dans le cadre de L’escale du Livre 2017 à Bordeaux

Le projet d’adaptation scénique de mon roman fantastique On ne dormira jamais par Alexandre Cardin du collectif Crypsum et Die Ufer m’a surpris et ravi. Le parti-pris de la sobriété, d’une mise en scène simple et élégante, comme le dialogue subtil entre texte et musique, m’ont tout simplement ravi. Ils ont su mettre en lumière le jeu trouble qui parcourt tout le roman entre tragédie et comédie, cette farce macabre qui ne finit jamais. Ils ont su surtout accentuer le caractère à la fois horrible et ridicule du présent, pointant les abîmes tristes de l’époque et les moments de réjouissance coupable.

Le roman qui raconte la transformation d’un institut médico-légal en boîte de nuit plonge en effet dans une atmosphère pesante et claustrophobe, où le noir domine, et la sensation d’enfermement. À ce titre l’espace théâtral renforce ce sentiment d’être enfermé avec le comédien et les musiciens dans la morgue et d’assister comme les participants du KluB à cette danse des morts. C’est comme si nous étions là présents, spectateurs des jeux morbides. L’effet est saisissant.

Mais On ne dormira jamais ne se limite pas à être une histoire de morts et de fêtards, de bruit et de fureur, il y est aussi question de gentils lapins nains élevés par le directeur de l’Institut. Le contre-point du mignon, du mièvre et du neu-neu, vient atténuer ainsi l’ambiance lourde de la morgue/discothèque. Là encore, le jeu théâtral, et surtout le phrasé d’Alexandre Cardin, restituent toute la verve grotesque de cette présence incongrue des animaux au cœur de cette orgie triste, de cette joie morte. On oublie un peu la situation pour suivre les aventures de ces lapins, leur élevage, les concours et la célébrité à venir.

Autrement dit, c’est avec un enthousiasme et une confiance totales que je soutiens ce projet d’adaptation pour la scène d’On ne dormira jamais, le texte prenant une autre résonance que sur la page, la voix, le mouvement et la musique lui conférant in vivo une densité, une ampleur et surtout une frappe directe que la lecture atténue un peu, en intellectualisant le rapport du lecteur au texte. Je n’ai qu’une hâte : les revoir sur scène, goûter encore physiquement ce que mon imagination a créé, vivre en chair et en os cette danse des morts et des vifs.

Bruce Bégout

 

Adaptation, mise en scène, interprétation : Alexandre Cardin / Musique live : Sébastien Bassin, Greg Vezon / Die Ufer / Collaboration artistique : Olivier Waibel, Miren Lassus-Olasagasti / Son et lumière : en cours / Costumes, accessoires : Wilfrid Belloc / Administration : Marion Bléas / Production : Catherine Siriphoum

Production : Crypsum
Co-production, soutiens et partenariats en cours.




Galerie d’images